Vous êtes ici : Accueil > Les classes de l’école > Les CE2 de Mme PERDRIX et Mme CATERO > Le film "Le cirque"
Publié : 28 novembre 2017

Le film "Le cirque"

Jeudi 23 novembre, les enfants de la classe se sont rendus au cinéma pour assister à la projection d’un film de Charlie Chaplin : "Le cirque". Voici ce qu’ils en ont pensé.

"Mon passage préféré était quand Charlot était monté sur la corde pour remplacer Rex. Celui qui m’a fait le plus rire était quand ils se mettaient des coups de pieds dans les jambes et quand ils se mettaient des tartes dans le visage. Bien sûr, ce n’était que de la mousse à raser." Neïla

" Ce que j’ai aimé, c’est quand Charlot a mis une balayette au père de Merna. Le moment que j’ai aimé, c’est quand l’âne poursuivait Charlot. J’aimais bien quand il se bagarrait. Je n’ai pas aimé quand ils se sont fait un bisou sur la bouche et quand Charlot a jeté des confetti." Noa

" C’était amusant quand l’âne a couru après Charlie Chaplin. C’est trop marrant, il avait des grands pantalons." Léo

"Je n’ai pas aimé le film que j’ai vu parce qu’il n’était pas marrant et aussi pas rigolo. Ca ne parlait pas, je n’ai pas aimé. C’était ennuyeux. J’ai aimé la partie où le monsieur du cirque tape la fille. Aussi, on a bien rigolé avec Océane." Lyna

"J’ai aimé le monsieur qui frappait Charlie. J’ai aimé Rex, l’âne, les clowns quand ils mettaient de la mousse sur le visage de Charlot et quand Charlie Chaplin était dans la cage avec le lion." Riad

" Moi j’ai bien aimé le moment où Charlie Chaplin était dans la cage du lion. Il a essayé de sortir de la cage par une trappe, mais de l’autre côté, il y avait un tigre. Le moment qui était le plus drôle, c’était quand Charlie Chaplin a marché sur la corde avec un harnais. Il a fait croire aux spectateurs qu’il faisait des cascades extraordinaires. Mais, un moment, le harnais a lâché. Charlie Chaplin n’a pas remarqué tout de suite et des singes sont venus lui enlever le pantalon. Il s’est retrouvé en caleçon devant tout le monde, maison n’avait pas l’impression qu’il était gêné." Louhama